Recherches d’avenir 2012

Labex, Idex, Idefi, Equipex...

Investissement d'avenir

22 mars 2012
31 décembre 2016

Dans le cadre du programme Investissements d’avenir, le ministère de l’Enseignement supérieur et de la recherche a lancé neuf appels à projets, dotés d’un fond de financement de 22 milliards d’euros. Retour sur les projets d'héSam université et du Cnam.
Laboratoires d’excellence : le Cnam présent dans cinq des dix Labex d’héSam

Les Laboratoires d’excellence (Labex) permettent de renforcer le rôle et la visibilité internationale des laboratoires français et de favoriser l’émergence de projets scientifiques ambitieux.
 
Ali SaïbDix projets d'héSam université ont été retenus. Abordant les enjeux majeurs d’un monde en mutation, de façon transversale et dans une perspective de longue durée, ils portent un regard pluridisciplinaire sur l’innovation, la croissance durable, la mondialisation...
Pour Ali Saïb, ancien directeur de la recherche du Cnam, « la participation de six des laboratoires de recherche du Cnam et du Musée des arts et métiers dans cinq de ces Labex reflète une nouvelle dynamique d’ouverture vers des partenariats scientifiques riches et pérennes, puisque ce label est accordé pour dix ans » :
 
  • Création, arts et patrimoines (CAP),
  • Dynamiques territoriales et spatiales (DynamiTe)
  • Histoire et anthropologie des savoirs, des techniques et des croyances (HASTEC)
  • Régulation financière (ReFi)
  • Sciences, innovations et techniques en société (SITES)
Cette dynamique dépasse d’ailleurs le périmètre d’héSam, puisque le Laboratoire commun de métrologie (LNE-Cnam) est associé au Réseau thématique pour la recherche, l’innovation, la formation, les services et le transfert en temps-fréquence (First-TF) et le laboratoire Systèmes et applications des technologies de l’information et de l’énergie (Satie) au Laboratoire systèmes et ingénierie de Paris-Saclay (LaSIPS), deux projets portés par des établissements extérieurs à héSam université. «Le laboratoire Dicen (Dispositifs d’information et de communication à l’ère numérique) est partie prenante du projet E-ReColNat, coordonné par le Muséum national d’histoire naturelle et retenu dans le cadre de l’appel d’offre Infrastructures nationales en biologie et santé. Enfin, pour développer la recherche partenariale et la valorisation, le Cnam a intégré l’Institut Carnot ARTS (Association de recherche pour la technologie et les sciences)», précise Ali Saïb.
 

Initiatives d’excellence : le projet d'héSam va bénéficier d’un soutien particulier

Les Initiatives d’excellence (Idex) favorisent l’émergence sur le territoire national de pôles d’excellence, capables d’assurer le rayonnement de l’enseignement supérieur et de la recherche français à l’étranger.

héSam a déposé le projet Paris Novi Mundi Université qui a pour objectif d’aider «les générations montantes et les décideurs déjà en place à relever les défis de notre temps: complexité globale, croissance durable, changement social, mondialisation». À dominante sciences humaines et sociales, avec de puissantes connexions aux domaines de la gestion et des sciences administratives, des sciences pour l’ingénieur et du design industriel, de l’art et du patrimoine, il se propose ainsi de bâtir une culture de l’innovation globale au croisement des savoirs pluridisciplinaires et de l’action.

Paris Novi Mundi Université va bénéficier d’un soutien financier de six millions d’euros par an dans la perspective d’une possible labellisation Idex dans trois ans. Cet accompagnement particulier, d’un montant total de dix-huit millions d’euros, vise à reconnaître, comme l’a souligné le Premier ministre, sa grande qualité et son utilité pour le pays. Elle va permettre le lancement et la mise en œuvre de certains programmes.

Pour Ali Saïb, «ce projet permettra au Cnam de renforcer et de développer des collaborations existantes avec d’autres établissement membres comme l’Ensam, l’ESCP-Europe, l’EHESS ou Paris-1, mais aussi de créer de nouvelle opportunités de partenariats, notamment avec l’INP ou l’EPHE».

Initiatives d’excellence en formations innovantes : le Cnam partenaire de trois projets sélectionnés

Idefi: Initiatives d’excellence en formations innovantesLes Initiatives d’excellence en formations innovantes (Idefi) doivent permettre d’améliorer les contenus pédagogiques, de modifier l’organisation des rythmes de formation, de favoriser la pluridisciplinarité, de renouveler les partenariats avec le monde socio-économique…

Le Cnam est partenaire du projet Institut innovant de formation par la recherche (IIFR), porté par le Centre de recherche interdisciplinaire de l’Université Paris-Descartes, et dont l’objectif est de permettre aux nouvelles générations de se former par la recherche grâce à la mise en place de formations interdisciplinaires et innovantes de niveau master et doctorat. Dans ce cadre, l’établissement contribuera notamment à la diffusion des ressources et productions créées et à l’accompagnement des acteurs de la formation initiale et continue dans leur processus d’innovation.

Le Cnam est aussi impliqué dans le projet d’Université de technologie ouverte pluripartenaire (uTOP), piloté par la fondation partenariale Université numérique ingénierie et technologie (UNIT) qui associe des acteurs publics et privés de la formation supérieure en sciences de l’ingénieur et technologie désireux de développer les technologies de l’information et de la communication pour l’enseignement (TICE). Ce projet vise à proposer une offre de formation à distance modulaire et personnalisable, orientée vers les métiers technologiques.

«Enfin, le Cnam est aussi présent, avec l’École nationale supérieure de création industrielle, dans le projet Promising porté par l’Université Pierre Mendès-France de Grenoble, pour la mise en place d’une plateforme de conception et de diffusion de formations à la conduite de projets d’innovation à destination des étudiants et professionnels », précise Ali Saïb.

Équipements d’excellence : deux membres d'héSam impliqués dans des projets Equipex

L’appel à projets Équipements d’excellence (Equipex) vise à investir dans des équipements scientifiques de pointe pour dynamiser la recherche française et lui permettre de développer des travaux de recherche au service de l’accroissement des connaissances et de l’innovation. Toutes les disciplines sont concernées, des mathématiques (moyens de calcul) aux sciences humaines et sociales (bibliothèques et bases de données numériques), en passant par les sciences de la terre et de la vie (plates-formes expérimentales).

C’est le cas pour le projet Matrice porté par héSam, géré par Paris-1 et coordonné par le Centre d’histoire sociale du XXe siècle (Paris-1/CNRS). Ce projet a pour objectif de constituer une plateforme multi-factorielle, multi-échelle et multi-disciplinaire sur la mémoire individuelle et la mémoire sociale, à partir de la modélisation mathématique du corpus des témoignages écrits, oraux et audio-visuels de deux tragédies de l’histoire contemporaine : la Seconde Guerre mondiale et les attentats du 11 septembre 2001 De son coté, l’École des hautes études en sciences sociales (EHESS) est impliquée dans le projet Données financières historiques (D-FIH), piloté par l’École d’économie de Paris, qui vise à constituer une base de données exhaustive, harmonisée et documentée sur les marchés boursiers français depuis 1800.