conférence

1903, les États-Unis rachètent les actifs français : où est passé l’argent ?

6 juin 2018
18h - 20h30

Les dessous financiers de la « seconde affaire » de Panama, avec Dominique Ledouble, auteur de "La couleur de la légende"

puce de liste manuelle (fleche) Entrée sur inscription gratuite : f.daubert@editions-temporis.com

Quels sont les ressorts financiers et les zones d'ombre qui entourent encore ces événements aujourd’hui ?

"La couleur de la légende (éditions Temporis) est un roman historique bâti autour de la cascade d’événements imprévus qui ont conduit les États-Unis à racheter les travaux de Ferdinand de Lesseps dans l’isthme de Panama et à susciter la naissance de la République de Panama en 1903.
En 1897, les Américains veulent percer le canal interocéanique au Nicaragua. Et pourtant, cinq ans plus tard, c’est en faveur de Panama que Théodore Roosevelt va trancher ! Ce retournement inattendu doit beaucoup à la ténacité d’un ingénieur français, Philippe Bunau-Varilla et aux talents d’un avocat américain, William Cromwell. Ils bénéficient du soutien intéressé du syndicat formé par quelques hardis capitalistes américains qui, misant sur les titres du Panama, réaliseront une fabuleuse plus-value… au risque de mettre le Président Roosevelt en cause !
Le sort du canal ne se négocie pas seulement dans le secret des ambassades ou des banques ; il trace son sinueux chemin dans le fracas des armes qui ensanglante la Colombie, plongée dans l’atroce guerre des Mille Jours. Angelina Miraflores, jeune médecin s’efforce  d’apporter un peu d’humanité dans la sauvagerie des combats. A ses côtés, Emiliano Arenas tente, non sans courage, de mettre fin à la guerre civile. C’est lui qui théorisera la Séparation du Panama après que la Colombie ait rejeté le projet de traité sur le canal. Le 3 novembre 1903, de la fugace conjonction de volontés contradictoires, naîtra la république de Panama… et s’installera pour 97 ans, l’encombrante tutelle des yanquis !
"