Excellence scientifique

Un doctorant du Satie récompensé du prix de thèse en génie électrique EEA/SEEDS 2020!

15 octobre 2020

Yoann Pascal, doctorant au Satie, vient de se voir attribué le Prix de thèse en génie électrique pour son Étude multicritère pour l'enfouissement partiel ou total de convertisseurs d'électronique de puissance dans un circuit imprimé

Le prix de thèse en génie électrique du Club des enseignants et des chercheurs en électronique, électrotechnique et automatique (Club EEA) et du Groupement de recherche « Systèmes d’énergie électrique dans leurs dimensions sociétales » (GDR SEEDS)

Soucieux de participer à la promotion de la recherche, et plus particulièrement à l’encouragement des études doctorales, le Club EEA et le GDR SEEDS décernent tous les deux ans un prix de thèse distinguant des travaux originaux et novateurs en électrotechnique, électronique de puissance et autres thèmes relevant de la conversion d’énergie électrique.

Les critères de sélection sont le caractère novateur de la démarche, l'intérêt et la pertinence des résultats obtenus, l'importance des retombées pratiques ou des perspectives applicatives, la forme et la présentation du document de thèse et enfin, la qualité des publications auxquelles la thèse a donné lieu.

12 personnalités indépendantes et reconnues dans le domaine du génie électrique composaient, sous la présidence du Professeur Manuela Sechilariu du laboratoire AVENUES de l’UTC, le jury qui a finalement sélectionné Yoann Pascal, doctorant au laboratoire Systèmes et applications des technologies de l'information et de l'énergie (Satie).

 La thèse de Yoann Pascal

Le titre de la thèse récompensée est : Étude multicritère pour l'enfouissement partiel ou total de convertisseurs d'électronique de puissance dans un circuit imprimé, tout un programme !

Notre doctorant résume ainsi ses travaux : « Les travaux présentés dans ce manuscrit traitent de l’enfouissement dans un circuit imprimé de convertisseurs de puissance, paradigme visant l’insertion de composants électroniques au sein du circuit imprimé.Une structure simple et économique de composant inductif enfoui, pouvant être employé comme inductance, coupleur, ou résonateur monolithique, est tout d’abord décrite. Un modèle analytique complet est développé. Des prototypes sont réalisés, validant le modèle et démontrant l’intérêt de la topologie.L’agencement des composants de puissance constituant une cellule de commutation est ensuite étudié. En particulier, un modèle analytique permettant une compréhension intuitive des mécanismes oscillatoires dans le cadre de l’emploi de transistors rapides est décrit.Une technique de reprise de contact de face avant pour puce enfouie, basée sur un morceau de mousse pressée, est proposée. Une étude préliminaire, à forte composante expérimentale, est présentée. Elle démontre que certains prototypes enfouis présentent des caractéristiques électriques et une fiabilité similaires à celles obtenus avec des fils de bonding.Enfin, les résultats de l’étude sur l’agencement des composants d’une cellule de commutation sont appliqués pour concevoir et réaliser un hacheur basé sur des transistors SiC connectés par mousse pressée. La structure délivre 3 kW sous 600 V en continu, démontrant la viabilité du procédé de reprise de contact proposé. »

Les travaux de Yoann Pascal sont financés par l'Agence nationale de la recherche (ANR) dans le cadre d'un projet obtenu par le Cnam et destiné aux jeunes chercheurs et chercheuses spécialisés dans l'intégration en électronique de puissance (JCJC HIT-TEMS).

Le Satie

Le laboratoire Systèmes et applications des technologies de l'information et de l'énergie est une unité mixte de recherche CNRS, ENS Paris-Saclay, Cnam, Université de Cergy-Pontoise, l’ENS Rennes, Institut français des sciences et technologies des transports, de l’aménagement et des réseaux (IFFSTTAR) et Université Paris Sud (UMR 8029). Sa recherche relève de l’electrical engineering au sens large : électronique, électrotechnique, automatique, traitement du signal, physique appliquée et physique des systèmes et biomicrosystèmes. Ces travaux s’insèrent dans un continuum concepts fondamentaux – théories – simulations – expérimentations - prototypages. Cette recherche à spectre large a pour objectif de résoudre les problèmes scientifiques émanant des champs sociétaux suivants : la soutenabilité énergétique, l’électromobilité, la santé, le patrimoine matériel et la sécurité.

En savoir plus +En savoir plus