Une analyse du Gis Creapt

Le travail et la crise sanitaire : prendre du recul

©pixabay

8 juin 2021

Le GIS CREAPT propose 6 vidéos pour prendre du recul sur le travail dans la crise sanitaire

  • 1/6 Introduction

  • 2/6 Pourquoi une approche par les parcours ?

Les histoires et les expériences des organisations, des collectifs de travail, des personnes sont mises à l’épreuve pendant cette crise sanitaire. Cette période est aussi une occasion de construire de l’expérience. L’approche par les parcours permet ainsi de replacer la réflexion sur un temps long.

  • 3/6 Quelles sont les populations les plus exposées au coronavirus ?

Qui a été exposé au coronavirus pendant le premier confinement ? Selon la première vague de l’enquête EPICOV, plus de 2/3 des personnes en emploi ont dû continuer à se rendre sur leur lieu de travail au moins partiellement. Pas seulement des professions essentielles et avec des inégalités importantes.

  • 4/6 Comment le travail peut-il se trouver transformé ?

La crise sanitaire a affecté le contenu du travail, l’organisation et les conditions de travail. Horaires, changements, travail collectif dans ce contexte appellent à une réflexion sur les conséquences des choix qui ont été faits. Et le travail post-crise sanitaire reste largement à penser et à inventer.

  • 5/6 Quelles conséquences sur l’analyse de la performance ?

La crise sanitaire a beaucoup sollicité un travail d’adaptation, un travail de réorganisation permanente et des modes de régulation informels. Les personnels ont pu être sur-sollicités mais aussi construire des ressources et des compétences dans cette période. Plusieurs exemples illustrent l’intérêt d’une analyse élargie de la performance.

  • 6/6 Quelles conséquences sur la conception de la santé au travail ?

La crise sanitaire a imposé une vision hygiéniste et sanitaire de la santé. La définition des règles et des comportements dans une activité de travail a été confiée à des spécialistes. Les enjeux de santé au travail ont tendance à être moins visibles. Trois décalages proposés avant la crise apparaissent aujourd’hui d’autant plus nécessaires.