Séminaire Sexe et Genre

Les femmes à l’épreuve du pouvoir : IVe et Ve Républiques

24 septembre 2021
14h - 16h30

  • Paris Saint-Martin/Conté

Amphithéâtre Jean-Baptiste Say du Cnam

292 rue Saint Martin, Paris 3e, niveau -1


Par l'ordonnance de 1944, les femmes obtiennent le droit de vote et d'éligibilité ; le préambule de la Constitution de 1946 consacre l'égalité des sexes devant la loi : immenses espoirs pour elles, vite déçus car l'écart se creuse entre le droit qui rend possible leur accès au pouvoir, et la pratique qui les en exclut.

Les hommes gardent la mainmise sur les institutions et les partis politiques tandis que les associations féminines sont dépendantes de ces derniers. La conception traditionnelle de la femme, mère au foyer, subsiste mais de nouvelles revendications (contraception, avortement...) se font jour, qui attendront la Ve République pour être satisfaites.

De la IVe à la Ve, on passe d’une république parlementaire à un régime présidentialiste. Alors que Charles de Gaulle symbolise un mode viril d’exercice du pouvoir, les nouvelles institutions légitiment une sorte de « patriarcat institutionnel », mettant les Françaises sur la touche. De longues années durant, les femmes, en tant qu’outsiders, resteront exclues de la scène politique. Malgré le combat des militantes, l’arrivée de la gauche au pouvoir en 1981 peine à féminiser l’arène. Il faut attendre le début des années 1990 pour que le combat paritaire marque des points. La réforme constitutionnelle de 1999 jette les bases d’un mode d’exercice mixte du pouvoir, même si l’asymétrie femmes/hommes face à celui-ci est loin, aujourd’hui encore, d’être effacée.

INTERVENANTES

  • Armelle LE BRAS-CHOPARD, professeure émérite de science politique à l'Université de Versailles/Saint-Quentin-en -Yvelines
  • Mariette SINEAU, directrice de recherche honoraire CNRS/Sciences Po