Le Cnam a rejoint le GDR (groupement de recherche) Trajectoires Rugueuses

1 janvier 2019
1 janvier 2020

Initiée il y a environ 20 ans, la théorie des trajectoires rugueuses permet de définir des intégrales ou des équations différentielles contrôlées par des signaux irrégulier. Elle est très bien adaptée à un cadre aléatoire en permettant d'étendre à de nombreux type des processus stochastiques en étendant la notion d'équation différentielles stochastiques à de nombreux types de bruit.

Ce GdR a pour but de réunir la communauté des mathématiciens, importante en nombre mais répartie sur toute la France, qui travaille sur la théorie des trajectoires rugueuses et ses dérivations, comme les structures de régularité et les équations différentielles paracontrôlées. Ce GdR aidera à structurer la communauté par des offres de bourses et des colloques ; il vise aussi à étendre cette communauté en créant une interface riche à destination d’experts d’autres champs des mathématiques qui pourraient s’intéresser aux récents développements de ces techniques.

Ce GdR se décompose selon 4 axes :

  • les Équations aux dérivées partielles stochastiques (EDPS),
  • les systèmes dynamiques (rough differential equations) ;
  • la science des données, autour de la méthode de la signature en apprentissage ;
  • les structures algébriques et leurs applications telles que les techniques de renormalisations.

Giorgio Russolillo, maître de conférence au Cnam et chercheur au Centre d'études et de recherche en informatique et communications (Cedric) a intégré le GDR au 1er janvier 2019. Il fait partie de l'équipe Méthodes statistiques de data-mining et apprentissage du Cedric et enseigne au sein de l'EPN 6 : Mathématique et statistique

En savoir plus +Les autres membres du GDR Trag

Ce GdR est soutenu par l'Insmi (Institut national des sciences mathématiques et de leurs interactions) du CNRS.